ACCUEIL

HISTORIQUE 1 / 2 / 3 / 4 / 5 / 6 / 7 / 8 / 9 / ATP de la Réunion 1994 / 1995 / 1996 / 1997 / 2002 / 2003

.
Le tournoi ATP de la Réunion
au TCD

1993

.

La Réunion accueille pour la première fois, du 15 au 25 octobre, sous la houlette du juge-arbitre belge, superviseur, Michel Willems, entouré de quatre arbitres internationaux (le Suisse Andy Egli et les Français Philippe Fougères, Henri-Pierre Sanchez et Paul Benhamou), un tournoi de l’Association des tennismen professionnels, et ce au TCD. Cela faisait neuf ans, depuis octobre 1984, date d’un tournoi-exhibition avec Bjorn Borg, Adriano Panatta et le jeune Guy Forget, entre autres, qu’il n’y avait pas eu de tennis de haut niveau à la Réunion. L’initiative de cette grande première est à mettre à l’actif d’Arnaud de Ribas qui a su entraîner dans son projet, mûri depuis plus de deux ans, à la fois son club, alors présidé par Guy Bernichon, la Ligue réunionnaise de tennis, dirigée à cette époque, et depuis peu, par Jean-Pierre Ah-Kiam, et le Rotary associés dans une structure créée pour l’occasion, SHOT-OI. Pour la circonstance, le TCD se donne des allures de petit Roland-Garros avec la foule qui se presse autour des stands des partenaires de la manifestation disséminés dans le parc et dans les tribunes louées pour cet événement qui peuvent accueillir 800 personnes autour du court n° 11 transformé en « central ».  Bonne surprise : il sera effectivement plein à partir des demi-finales. Les entrées sont payantes, le prix augmentant progressivement de 10 francs pour les 1/16e de finale à 50 francs pour la finale.
.

< Extrait de la couverture du Programme.
SHOT-OI (Solidarité humanitaire open de tennis de l'océan Indien)
Membres fondateurs
Président : Jean-Pierre Ah-Kiam, président de la Ligue réunionnaise de tennis.
Vice-présidents : Alain Deport, président du Rotary-club doyen, directeur régional de la Drire,
Jean-Claude Devos, secrétaire général du TCD, adjoint au directeur régional de l'Industrie (Drire).
Trésorier : Franck Paillère, membre du Rotary-club de Bourbon, directeur de Total Réunion-Comores.
Trésoriers adjoints : Bernard Donce, membre du Rotary, directeur de la FRAM,
Arnaud de Ribas, directeur technique du TCD.
Secrétaire : Patrick Digonnet, directeur de l'agence Communication et conseil.
Secrétaires adjoints : Christian Coudassot, secrétaire général de la Ligue réunionnaise de tennis.
 Guy Bernichon, vice-président de la Ligue réunionnaise de tennis, président du TCD.
Autres membres
Michel Notta, président du Rotary-club des Alizés, directeur d'Air Réunion, Jean-Claude Pieribattesti, président du Rotary-club de Bourbon, directeur régional de la Recherche et de la technologie, Georges Payet, ancien président du TCD, Patrick Baudin et Marcel Lauret, membres du Rotary-club doyen, Henri Barre et Michel Hibon, membres du Rotary-club de Bourbon.

Plusieurs joueurs locaux participent au tournoi qualificatif, dont Ludovic Ulrici, qui joue son meilleur tennis face à Philippe Pagès (-15), mais doit néanmoins s'incliner (7/5, 3/6, 6/4). 32 joueurs venus du monde entier, y compris 4 des 22 joueurs ayant participé aux qualifications, sont ensuite appelés à disputer le tableau final de ce challenger et à se partager les 50 000 $ de dotation et les points attribués sur cet open de la Réunion (60 pour le vainqueur, 45 pour son adversaire en finale, 30 pour les demi-finalistes malheureux, etc.). Parmi eux, deux invités bénéficiant d’une wild card : Frédéric et Mark Sibilla, les deux joueurs-vedettes du TCD qui, malheureusement, ne parviendront pas à franchir le cap du 1er tour (1/16e de finale), mais réussiront tout de même à remporter chacun un set. Mark, notamment, réussira un match de toute beauté contre le Sud-Africain Mark Kaplan, 230e joueur mondial.

Parmi les joueurs qui auront marqué cette première édition, on retiendra d’abord les noms de Thierry Champion, l’un des meilleurs Français du moment (3e joueur au niveau national en 1992), au revers remarquable de fluidité, et du très offensif Kenyan Paul Wekesa, dont le 1/4 de finale les opposant fut sans doute la plus belle et la plus incertaine rencontre de la compétition. On retiendra surtout les noms des deux finalistes du simple : l’Haïtien de Bordeaux, Ronald Agénor, 29 ans, 95e joueur mondial (qui, à son meilleur, fut 22e en 1989) et tête de série n° 2, régulier et puissant, et le teigneux Américain Jeff Tarango, 25 ans, 94e joueur mondial (mais ancien n° 10) et tête de série n° 1, au jeu plus varié et au sens tactique aiguisé. Pour se qualifier pour la finale, le premier a dû batailler ferme en demi-finale, sous une chaleur torride, pour battre à l’usure un Thierry Champion fatigué (4/6, 6/3, 6/2), qui avait déjà disputé trois sets la veille. Le second a obtenu plus facilement sa qualification, en deux manches (6/4, 6/1) et un peu plus d’une heure, sur son compatriote Michael Zimmerman, 23 ans, seulement 548e à l’ATP car récemment arrivé sur le circuit professionnel. C’est finalement le premier, soutenu par le public, qui l’emportera au terme d’une finale de qualité malheureusement très perturbée par la pluie. Commencée en retard le dimanche 24 devant des spectateurs occupant la quasi-totalité des places du court central, interrompue à 1 set à 0 et 3 jeux à 2 dans le deuxième set pour Agénor, elle ne se terminera, la pluie persistant, que le lendemain après-midi, dans le gymnase du Moufia, et cela après bien des tractations, Tarango refusant, dans un premier temps, de la terminer sur une autre surface que celle de la veille. Résultat final : 6/3, 6/4. La fête, quelque peu gâchée, se terminait donc dans un quasi-anonymat devant une poignée de lycéens de seconde médusés de voir une séance d’EPS interrompue par la finale d’une compétition internationale. Quant à Tarango, il pouvait se consoler en se disant qu’il ne repartait pas bredouille de la Réunion, puisqu’il remportait ensuite le double, associé à un autre Américain, Jonathan Canter, 166e joueur mondial, sur la paire sud-africaine composée de Lan Bale (185e) et Mark Kaplan (230e), 6/4, 3/6, 7/5.

Décidément, la pluie, qui ne bénéficiait pourtant pas d’une wild card à cet open Renault, trophée Twingo, aura été la principale invitée de la compétition, perturbant la programmation. Dès lors, les joueurs auront passé beaucoup de temps à taquiner les cartes dans le club house sous les yeux des enfants ravis, et notamment ceux des ramasseurs de balles qui auront ainsi côtoyé d’encore plus près les champions tout au long du tournoi, recueillant quantité d’autographes. En outre, certaines rencontres auront lieu à des heures inhabituelles. Ainsi, le mercredi 20, c’est à 22 heures 50 que le 1/8e de finale entre Agénor et le Suédois Robert Eriksson a débuté pour ne s’achever qu’à 0 heure 25 devant quelques passionnés ! Quant aux ramasseurs de balles de ce match, les jeunes étant partis depuis longtemps se coucher, ce sont des anciens qui les ont remplacés, parmi lesquels le président du TCD lui-même, le « kiné » du tournoi et le commandant de la base aérienne… Probablement du jamais vu sur un tournoi ATP. 

Malgré la pluie du dernier jour, les organisateurs tireront des enseignements positifs de cette première expérience, estimant leur pari atteint dans la mesure où : 1. l'association SHOT OI a dégagé un bénéfice substantiel de cette manifestation (150 000 francs nets d'impôts qui seront reversés à des œuvres humanitaires et sociales ; 2. le tournoi a enregistré près de 6 000 entrées payantes tout en sachant se faire accepter par la population du quartier défavorisé avoisinant (en invitant chaque jour des classes de ses écoles et en le faisant participer au service de sécurité) ; 3. sur le plan sportif, la participation des professionnels a paru tout à fait satisfaisante tant sur le plan de la combativité que sur celui de la disponibilité, à l'égard des jeunes en particulier, et celle des locaux a montré que leur niveau était loin d'être ridicule. Par conséquent, il y aura bien une deuxième édition d'autant que, nonobstant quelques détails à améliorer, le juge-arbitre fera un rapport tout à fait favorable : rendez-vous en 1994...

Les résultats des simples
(en caractères gras : les Réunionnais)

Les résultats des doubles
(en caractères gras : les Réunionnais)

1/16e de finale : Jeff Tarango (États-Unis) bat Clément N’Goran (Côte d’Ivoire) : 4/6, 6/4, 6/3 ; Fabien Cousin (France) bat Aloïs Beust (France) : 4/6, 7/5, 6/1 ; Daiji Morii (Japon) bat Éric Winogradsky (France) : 6/4, 1/6, 6/3 ; Mark Kaplan (Afrique du Sud) bat Mark Sibilla (France) : 5/7, 6/4, 6/2 ; Clinton Ferreira (Afrique du Sud) bat Gérard Solvès (France) : 6/1, 6/4 ; Stéphane Sansoni (France) bat Juan Ignacio Carasco (Espagne) : 6/1, 6/2 ; Michael Zimmerman (États-Unis) bat Gouichi Motomura (Japon) : 1/6, 6/2, 6/3 ; Jonathan Canter (États-Unis) bat Sébastien Hette (France) : 6/0, 6/2 ; Paul Wekesa (Kenya) bat Yasufumi Yamamoto (Japon) : 6/4, 6/1 ; Antony Dupuis (France) bat Clinton Marsh (Pays-Bas) : 7/6, 2/6, 7/5 ; Nicolas Kischkewitz (France) bat Tom Kempers (Pays-Bas) : 7/6, 4/6, 7/6 ; Thierry Champion (France) bat Lan Bale (Afrique du Sud) : 7/5, 5/7, 6/4 ; Guillaume Marx (France) bat Stéphane Huet (France) : 6/1, 6/7, 6/4 ; Bertrand Lemercier (France) bat Frédéric Sibilla (France) : 6/7, 6/1, 6/3 ; Robert Eriksson (Suède) bat Arnaud Casagrande (France) : 6/4, 6/2 ; Ronald Agénor (Haïti) bat T. Sato (Japon) : 6/2, 6/3.
1/8e finale : Tarango bat Cousin : 6/3, 6/2 ; Morii bat Kaplan : 6/4, 2/6, 7/5  ; Ferreira bat Sansoni : 6/4, 6/7, 7/5 ; Zimmerman bat Canter : 6/1, 6/3 ; Wekesa bat Dupuis : 6/1, 6/2 ; Champion bat Kischkewitz : 6/3, 6/1 ; Lemercier bat Marx : 3/6, 7/6, 7/5 ; Agénor bat Eriksson : 6/3, 7/5.
1/4 de finale :
Tarango bat Morii : 6/4, 6/2 ; Zimmerman bat Ferreira : 6/1, 6/3 ; Champion bat Wekesa : 6/3, 3/6, 6/4 ; Agénor bat Lemercier : 6/2, 6/1.
1/2 finales :
Tarango bat Zimmerman : 6/4, 6/1 ; Agénor bat Champion : 4/6, 6/3, 6/2.
Finale :
Agénor bat Tarango : 6/3, 6/4.
 

1/8e finale : L. Bale et M. Kaplan battent G. Motomura et T. Sato : 6/1, 6/1 ; A. Beust et B. Lemercier battent D. Morii et Y. Yamamoto : 6/4, 6/7, 6/2  ; J. Canter et J. Tarango battent A. Dupuis et N. Kischkewitz : 6/2, 4/6, 6/4 ; J.I. Carrasco et Cl. Marsh battent S. Sansoni et G. Solvès : 3/6, 6/4, 6/0 ; Th. Champion et E. Winogradsky battent Fr. Sibilla et M. Sibilla : 6/2, 6/4 ; F. Cousin et St. Huet battent J. Thazar et L. Ulrici : 6/2, 7/5 ; B. Dickinson et Cl. Ferreira battent T. Kempers et M. Zimmerman : 7/5, 4/6, 6/4 ; Cl. N'Goran et P. Wekesa battent R. Agénor et G. Marx : 6/3, 6/3.
1/4 de finale :

Bale/Kaplan - Cousin/Huet : 4/6, 7/6, 6/1 ;
Canter/Tarango - Carrasco/Marsh : 6/2, 6/0 ;
Dickinson/Ferreira - N'Goran/Wekesa : 6/4, 6/7, 7/5 ;
Champion/Winogradsky - Beust/Lemercier : 6/2, abandon.

1/2 finales :

Bale/Kaplan - Dickinson/Ferreira : 7/6, 6/2 ;
Canter/Tarango - Champion/Winogradsky : 6/3, 6/2.

Finale :

Canter/Tarango - Bale/Kaplan : 6/4, 3/6, 7/5.

.

Les tableaux complets :
-
Simple
- Double

Dans la presse
.
De haut en bas, des extraits du Quotidien de la Réunion du samedi 23, du Journal de l'île de la Réunion et du Quotidien de la Réunion du lundi 25,
et de L'Écho du jeudi 28 octobre.

Trois joueurs du TCD participent à cette première édition. Revue de presse.
Ci-dessus, à gauche : Ludovic Ulrici, battu 7/5, 3/6, 6/4 au 1er tour des qualifications par Philippe Pagès (-15) (Le Journal de l'île, 17 octobre, p. 23).
Au centre et à droite : Mark Sibilla (Le Quotidien et Le 
Journal de l'île, p. 26, 20 octobre) et L. ULrici en double avec Jackson Thazar.
Ci-dessous, Frédéric Sibilla (Le Réunionnais, p. 22, et
Le Journal de l'île, p. 20, 19 octobre) qui, on l'a bien compris, a vraiment raté le coche...


La suite en images >

Ci-contre, les pages 19 et 20 du Journal de l'île de la Réunion du vendredi 22 octobre : Sébastien Guillot, ramasseur de balles, en bonne compagnie :
Thierry Champion, Nicolas Kischkewitz
et Paul Wekesa...

Ci-dessous, Mark et Frédéric Sibilla à la fin de leur double perdu contre Thierry Champion et Éric Winogradsky (Le Journal de l'île, 19 octobre, p. 21).



.
Retour en haut de page